Accueil
GENEALOGIE
Doudeauville
Etrépagny
Saint Martin au Bosc
Nojeon-le-Sec
Parents nourriciers
Passe-Port Intérieur
Cahiers de doléances
Querelles voisinage
Notes des curés
Photos de Classes
Courriel

 

Doudeauville 8 février 1884

Acquisition de la pompe à incendie

Dans sa délibération du 15 mai 1883, le conseil municipal décide à l’unanimité l’acquisition d’une pompe à incendie, ainsi que la construction d’un hangar pour l’abriter.
10 sept.1883, Approbation par le Préfet de l'Eure du devis dressé par le Maire.
10 sept.1883, Décision de la commission départementale de l'Eure accordant une subvention de 300 Frs pour l'acquisition d'une pompe.
7 décembre 1883, Subvention de 200 Frs accordée à la commune par la compagnie d'assurances, "L'Ancienne Mutuelle de Rouen"
20 décembre1883, Don de 60 Frs fait par M. Chauvelot, propriétaire à Saint Martin d'Etrépagny.
Le1e mars 1884 un marché est passé avec A. Thirion,  Constructeur à Paris, 160 rue de Vaugirard, pour la livraison d’une pompe et ses accessoires et pour l'habillement en petite tenue des sapeurs-pompiers, pour la somme de 1653.10 Frs payable en 3 ans.
"800 Frs au 1er juillet 1884 sans intérêts – 500 Frs au 1er juillet 1885 et le solde au 1er juillet 1886, ces deux dernières sommes porteront intérêts annuels à 5% à dater de la livraison ".

Celle-ci arrive par grande vitesse en gare d'Etrépagny.

Elle comprend :

puce  - Une pompe à incendie n° 2 foulante, modèle de Paris, à 2 corps de 110 mm ayant des guides pour conduire les pistons, ses clés de montage et de démontage et ses courroies pour amarrer les boyaux ; la dite pompe bien peinte avec inscription du nom de la commune.
puce  - Son chariot à flèche à 2 roues avec essieu tourné et à coffret, le dit chariot monté sans ressorts.
puce  - Porte-hache fixé au flanc du chariot
puce  - 1 lance en cuivre et 2 orifices
puce  - 16 mètres de Boyaux de 45 mm de diamètre en cuir fort de bœuf de première qualité avec rivures en cuivre
puce  - 2 raccords à pas de vis de 45 mm montés aux boyaux
puce  - 1 hache à pic et à tranchant
puce  - 1 cordage de 20 mètres de longueur à bilboquet
puce  - 1 manchon en cuir pour réparation provisoire de boyaux
puce  - 2 leviers en frêne et 2 tamis en osier
puce  - 1 torche, 25 clous en cuivre et contre rivures, 1 instruction pour l'entretien des pompes, des boyaux et des seaux, 1 théorie du sapeur-pompier avec figures, 2 boulons en bronze – Gratis

Aspiration de la pompe

puce  - Un système d'aspiration en cuivre fondu d'une même pièce avec la culasse de la pompe, portant une tubulure à part de vis montée à boulons, pour aspiration dans la bâche ou au moyen du tuyau d'aspiration
puce  - Raccord à pas de vis
puce  - 1 pomme d'aspiration et un chapeau couvert

Seaux en toile et accessoires

puce  - 50 seaux en toile à voile de 12 litres 1er choix
puce  - 2 sacs en toile à voile contenant chacun 15 seaux
puce  - 2 garnitures de courroies pour fixer les sacs
puce  - 1 valise en treillis contenant 20 seaux
puce  - 1 couverture en treillis de pompe
puce  - 1 palonnier à crochets
puce  - 1 échelle à crochets pliante

Effet d’habillement

puce  - 22 blouses sapeurs-pompiers avec collet et parements de velours.
puce  - 22 pantalons treillis gris à passe poil
puce  - 22 ceintures
puce  - 1 garniture pour sous-lieutenant                                 
puce  - 1 garniture pour sergent
puce  - 2 garnitures pour caporal
puce  - 2 garnitures pour clairon
puce  - 2 garnitures pour Tambours
puce  - 16 képis pompiers
puce  - 4 képis pour clairons et tambours
puce  - 1 képi sous-lieutenant
puce  - 1 képi sergent
puce  - 1 caisse modèle de l'armée
puce  - 1 paire de baguettes ébène
puce  -1 bloque porte-baguette
puce  - 2 clairons avec cordon tricolore.
puce  - 1 caissière buffle unie
puce  - 1 collier en buffle uni

    

Photos : CASQUE sapeur-pompier de Doudeauville et sa COIFFE

La bombe entièrement en laiton, est emboutie d’une seule pièce. La visière et la nuquière sont soudées à l’étain à l’intérieure de la bombe.
Le cimier (Hauteur courante : 28 mm env.) est indépendant de la bombe à laquelle il est solidement fixé au moyen de 8 vis de laiton.
La partie avant du cimier (appelée le masque) est décoré d’une grenade.
L’arête supérieure du cimier est renforcée d’un jonc pour en augmenter la solidité.
Sur le devant du masque est placée une plaque SAPEURS-POMPIERS DE DOUDEAUVILLE.
Sur le côté de la bombe est placé un porte-plumet en laiton.
 
A l’intérieure de la bombe se trouve une coiffe en basane noire à laquelle est cousu un bandeau de carton, la coiffe est découpée en 8 dents de loup,  chacune d’elle porte un œillet permettant le passage d’un lacet pour serrer la coiffe à volonté.
L’intérieure de la bombe à hauteur des oreilles, sont soudés 2 étriers en laiton qui reçoivent la mentonnière.
 

15 mars 1884 - Première réunion pour la réception de la pompe

La subdivision est ainsi composée :

puce  - Quillet Alexandre ----------------------------- Sous-Lieutenant désigné
puce  - Toutain Charles ------------------------------- Sergent désigné
puce  - Palmentier Alfred & Saint Gilles Alphonse ---- Caporaux désignés
puce  - Prévost Lucien & Delaplanche Arthur --------- Tambours
puce
 - Levasseur Moïse & Letailleur Edouard -------- Clairons
 
puce
 - Sapeurs : Doucet Edouard - Bertin Alexandre - Pinchon Anatole - Lavocat Honoré - Gilles Désiré – Roussel Charles Adrien –Letailleur Albert – Quevallier Léon – Lemoine Eugène – Falex Eugène – Herny Désiré – Manchelle Désiré – Gauthrot Pierre – Courteaux Hippolyte
 
puce
 - Année 1888 -  M. Quillet Alexandre nommé Maire donne sa démission de sous-lieutenant.  M. Charles Toutain, sergent, commande par intérim la subdivision jusqu'à la fin du 1e engagement quinquennal.
 
puce
 - 22 mai 1889 -  Décret du Président de la République nommant M. Saint Gilles Alphonse, Sous-lieutenant de la subdivision.
 
puce
 - 4 août 1894  -  Décret du Président de la République nommant M. Barbé Charles Léopold, Sous-lieutenant de la subdivision.
 
puce
 - 12 avril 1901  -  Décret du Président de la République nommant M. Pinchon Anatole, Sous-lieutenant de la subdivision
puce
 
 
Chaussures de sapeurs-pompiers de Doudeauville rendus en 1904 à la dissolution de la subdivision
 Retrouvées dans le grenier de la mairie le 16 octobre 2009
 
 
28 mars 1884 – Marché consenti pour la construction  d'une remise
 
Auprès de M. Louis Varangle, maçon au Thil pour la construction, Place du Château, d'une remise pour la pompe à incendie moyennant le prix total de 567.07 Frs.
 
Ledit sieur Varangle se charge de tous les divers travaux relatifs à ladite construction, maçonnerie, charpente, couverture et il la livrera, selon l'expression local, "Clefs en main", pour le 1e juillet courant.
 
Corps de bâtiment ayant 3m50 de façade sur 4 mètres de côté, couvert en ardoises avec porte en sapin, montants en chêne, peinture à l'huile à 3 couches.
 
Maçonnerie : Fouilles des fondations : 14m²40 de développement, 0.m50 de profondeur sur 0.m35 d'épaisseur = 2m² 520 à 1F le m³ = 2.52F
Maçonnerie de cailloux hourdée de chaux grasse et sable d'extraction
2m²520 à 14F le m² = 35.28 F
 
puce  - 10 m³ de maçonnerie en briques à 25F
puce  - 36 m³ d'enduits intérieurs à 1F
puce  - 20 m² de couverture en ardoises à 4F
puce  - Charpente : 5 traverses en chêne 1.05x 0.10 x 4.50 x 5 = 0.m³,335 à 80F le m³ = 26.80F
puce  - 24 chevrons de 2m50 = 60 m à 0.30 = 18F
puce  - Porte 5 m² à 8f = 40F
puce  - Serrurerie : serrures, ferrures, barres = 30F
puce  - Inscription au sommet de fronton (Pompe à Incendie) = 6F

27 juin 1884, La subvention de 300 Frs accordée l'année précédente est augmentée de 400 Frs, sur l'observation faite par le Maire que la réparation de la mairie endommagée par la chute du tonnerre a obéré les finances communales et qu'il ne peut payer, sans imposition nouvelle, le solde dû sur la pompe à incendie.

                                                                                                 A droite de la photo - Remise de la pompe à incendie

1e mai 1889 – Subvention départementale de 320 Frs pour équipement des sapeurs-pompiers.

9 juillet 1889

Des tenues sont livrées par V. Harrissard, Tailleur spécialiste d'uniformes,

3 rue Lesdiguières - Paris

puce  - 1 dolman officier pour 48 frs
puce  - 1 casque officier pour 25 Frs
puce  - 16 vestes de sapeur pour 280 Frs
puce  - 16 casques pour 168 Frs
puce  - 1 galonnage de sergent pour 6.50 Frs
puce  - 2 galonnages de caporaux pour 2.50 Frs
puce  - 4 galonnages de clairons pour 6 Frs

Le 6 juillet 1891

puce  - 1 pantalon d'officier 26 Frs
puce  - 14 pantalons de sapeur 224 Frs

Le 7 juillet 1892

puce  - 1 insigne caporal pour blouse pour 0.60 Frs

Le 14 février 1893

puce  - 4 pantalons de treillis pour 24 Frs
puce  - 12 gros boutons pour 1.20 Frs
puce  - 24 petits pour 1.20 F

                                                                           Habillement d'un pompier de Doudeauville entre 1884 & 1904
                                                                                                       Retrouvé dans le grenier de la mairie le 16 octobre 2009
 
 
 
                                           POMPE A BRAS SUR CHARRETTE  - THIRION 1883
 
Pompe à bras aspirante‑foulante fabriquée par
« A. Thirion, successeur et Fils »,
constructeur,147 rue de Vaugirard à Paris .
Pompe bicylindre : pistons d'un diamètre de 120 mm.

La pompe Thirion n°1 a été posée sur une charrette de fabrication locale. La société ne fabricant pas, à cette époque ce moyen de transport pour ses pompes.

Les catalogues de cette époque proposaient « Une pompe foulante modèle de Paris à deux corps ayant des guides pour conduire les pistons avec ses clés et ses courroies pour amarrer les boyaux, un chariot à flèche à deux roues avec essieu tourné et à coffret. Un porte‑hache fixé au flanc du chariot, une lance en cuivre avec deux orifices, seize mètres de boyaux en cuir cloutés de 45 mm., deux raccordements en cuivre (aujourd'hui on dirait un « raccord »), une hache à pic et tranchant, un cordage de 20 m. à bilboquet, un manchon en cuir pour réparation provisoire des boyaux, deux leviers en frêne tournés et d'un  tamis en osier »

 

11 mars 1894 – Engagement quinquennal de 15 sapeurs-pompiers

Approuvé par le Préfet de l’Eure le 17 juillet 1894

Le 4 août 1894 Décret présidentiel nommant M. Barbé Charles Léopold Sous-lieutenant

La subdivision est ainsi composée :

*      Barbé Charles Léopold ----------- ----------- Sous-lieutenant
*      Pinchon Anatole ------------------------------- Sergent
*      Canu Georges ---------------------------------- Caporal clairon
*      Barat Alfred ------------------------------------ Clairon
*      Maubert Georges & Bigot Georges --------- Tambours
*      Rose Alphonse --------------------------------- Caporal fourrier
*      Lieupart Jules & Manchelle Désiré---------- Caporal
 
*      Sapeurs : Bertin Alexandre – Maubert Hilaire – Cresson Abel – Lebrun Louis – Canu Sylvain – Bigot Albert & (Clairon auxiliare)

 

26 avril 1896 – Concours de manœuvres de pompes à incendie
à Gournay-en-Bray

3e Division – 8 concurrents

La subdivision de Doudeauville remporte le 1e prix de manœuvre

Une palme de vermeil.

 

 10 novembre 1903

Décret de dissolution du corps de sapeurs-pompiers

Lettre de la Préfecture en date du 17 novembre 1904

Le Président de la République française sur la proposition au Président du Conseil, Ministre de l'Intérieur et des Cultes.
Vu le décret du 10 novembre 1903
Décrète :
Art. 1 -  La subdivision de sapeurs-pompiers de Doudeauville (Eure) est dissoute.
En attendant la réorganisation d'un nouveau corps, le service d'incendie sera assuré par cinq hommes désignés par M. le Maire de Doudeauville.
Art. 2  - Le Président du Conseil Ministre de l'Intérieur et des Cultes est chargé de l'exécution du présent décret.
Fait à Paris le 17 novembre 1904
Signé : Émile Loubet - Président de République
Le Président du Conseil Ministre de l'Intérieur et des Cultes – Signé : E. Combes
 

Copyright © 2009 Généalogie Doudeauville