Flipou

 

Accueil
GENEALOGIE
Doudeauville
Etrépagny
Saint Martin
Nojeon-le-Sec
Parents nourriciers
Passe-Port Intérieur
Cahiers de doléances
Querelles de voisinage
Notes des curés
Photos de Classes
Courriel

Cahier de doléances Tiers Etat du bailliage des Andelys

(secondaire de Rouen) pour les Etats Généraux de 1789

 

 

Une transcription la plus fidèle possible aux originaux. De légers arrangements, sans plus

 

Source : http://archives.eure.fr/search?preset=117&view=list

 

Transcription : http://historien.geographe.free.fr/cahiers.htm

Cahier de doleances plaintes et remontrances dresses par les habitans de la paroisse de flipout assemblés aux termes des laitres de convocation du 24 janvier dernier pour remplir les dispositions du reglement y annexé ainsy qua lordonnance de Mr le Lieutenant Général Dandely et le dit cahier remis aux deputes a la nomination des quel il va estre de suite procedes pour le porter a l’assemblés quy ce tiendra le 6 avril present mois devant Mr le Lieutenant Général de la ditte ville Dandely par le quel cahier il represente et demandés:

1° Qu'il soit pris à l'assemblée généralle des États de la Nassion des mesures promptes pour empescher le prix excessif des grains de toute espèce quy depuis six mois épuise le peuple, peut le porter aux plus fâcheuses extrémités, le jetter mesme au désespoir.

2° Que sous les peines les plus rigoureuses, il soit fait deffence absolue à tous fermier de porter, comme cela se pratique depuis quelque temps et mesme pendant la nuit, aucun bled aux moulins dits moulins à blanc, et que deffence soit pareillement faitte à tous meuniers tenant moulins de cette nature d'achetter ou par eux mesme ou par leurs représentants aucun bled es maisons des laboureurs.

3° Qu'il soit ordonné à tous fermiers laboureurs de porter leurs bleds aux halles et marchés en quantité suffisante et connue, et que deffence leur soit faitte de transporter leurs dits bleds aux halles et marchés quy ne sont pas réellement et proprement de leur canton ou arrondissement, et ce pour quelques raisons ou prétextes que ce soit, sy ce n'est dans le cas où il seroit clairement prouvé que les marchés et halles cy-dessus désignés, seroient plus que suffisamment approvisionnés, dans lequel cas le transport ultérieur ne seroit permis qu'après un pouvoir motivé et obtenu par écrit et signé de M. le Procureur du roy ou de M. le subdélégué de l'Intendance.

4° Que les droits quy se perçoivent dans les halles et marchés pour le droit de place et de mesurage, ne soit plus à l'avenir payé en nature mais en argent, dont le prix sera irrévocablement fixé.

5° Que les droits quy se perçoivent dans les moulins sur les mesmes grains soient aussy payés en argent et non en nature. Et qu'il soit fait deffense à tous meuniers de faire aucuns engrais d'animaux d'aucune espèce pour bannir tout soupçon d'infidélité et que, pour remédier au dit abus, il soit donné des ordres formels aux personnes titrées et respectables désignées en l'article 3, et dans les paroisses de quampagne, aux sindics, d'en faire leur rapport et soliciter l'exécution de la loy quy seroit portée sur ce sujet intéressant.

6° Qu'il soit donné des ordres pour la recherche et découverte des causes qui mettent de tristes entraves au commerce, particulièrement à celuy de cotton.

7° Que tous les impôts quelquonques soient supportés par tous les citoyens sans aucune distinction, et en proportion rigoureuse des propriétés, fussent-elles mesme d'agrément.

8° Que les gabelles soient absolument supprimés comme étant un impôt désastreux; et que, dans le cas de non suppression, la mesure et le prix du sel soit les mesmes partout le royaume, que le prix en soient diminué et tous privilèges abolis.

9° Que toutes corvées ou impôts en rachapt de corvée soient entièrement supprimés, et qu'il soient établis des barrières sur les grandes routes, sans distinction, et sur tous chevaux portant sommes, un droit de péage dont le produit serait employé à la formation et à l'entretien des dittes grandes routes.

10° Qu'en raison de tous les impôts dont il est parlé à l'article 7, tous les commis et employés soit partiellement supprimés, en raison de la dépense excessive qu'entraine leur nombre trop multiplié et des vexations odieuses qu'ils exercent sur les peuples; et que dans le cas de non suppression, le nombre en soit considérablement diminué.

11° Que les enrollemens forcés par le sort de la milice soient entièrement supprimés, la contrainte ne pouvant jamais former de bons et de beaux soldats, et enlevant à des pauvres veuves et à nombre de personnes peu fortunées, leur espoir et leur suport.

12° Que tous métiers méchaniques de nouvelle création et inventés par le désir d'arriver à une fortune rapide, et faisant filature de cotton, soient promptement supprimés comme ne donnant qu'un fil de médiocre qualité, ce quy empêche que les objets où il est employé n'acquièrent une consistance durable (et étant en même tems nuisible) à la vie de nombre de malheureux quy n'ont que le seul talent de la filature à la main.

13° Que le gibier de toute espesce soit détruit et les colombiers démolis, et qu'il soit permis à toutes personnes possédant fonds de détruire par elle-même tous animaux capables d'enlever leurs espérances et de troubler leur tranquilité.

fait et rediges par nous a bitans composant le tierd Etat de cette paroisse assembles par les laitres de convocation present le cinq avril mil sept cent quatre vingt neuf

Copyright © 2009 Généalogie Doudeauville