Daubeuf

 

Accueil
GENEALOGIE
Doudeauville
Etrépagny
Saint Martin
Nojeon-le-Sec
Parents nourriciers
Passe-Port Intérieur
Cahiers de doléances
Querelles de voisinage
Notes des curés
Photos de Classes
Courriel

Cahier de doléances Tiers Etat du bailliage des Andelys

(secondaire de Rouen) pour les Etats Généraux de 1789

 

 

Une transcription la plus fidèle possible aux originaux. De légers arrangements, sans plus

 

Source : http://archives.eure.fr/search?preset=117&view=list

 

Transcription : http://historien.geographe.free.fr/cahiers.htm

Representation faits au Roy par tous les habitans de la paroisse de d’aubeuf rélévant du baillage Dandely

Article premiere

demande Que tous les biens qui sont dans l'étendue du dimage d'icelle paroisse, ne païe qu'un seul droit, tant ceux des seigneurs que des vasseaux vu que le seigneur ne païe presque rien et que les impost reste à la charge des habitants.

art. 2°

demande que tout le gibier, tant lièvres, lapins, perdrix que pigeons soient détruist, il est certain quils font un tort considérable aux récolte preuve sertaine quil est qu'en semant la terre les pigeons, se nourissent d'une partie de la semence lors que les grains leve les lièvre et les lapins le mange a mesure qu'ils poussent, ainsy que les perdrix. Lorsque la recolte commesent a murir les pigeons y donne de nouveau. La terre nayant pas assez de force pour faire pousser les récoltes occasionnent un tort d'un sixième de la récolte.

art 3

demande que toutes les mécaniques faite pour les cotons et les laines soient detruites entièrement vu qu'elles fournissent une très grande cantité de marchandise qui n'est d'aucune qualité et qui empeche de gagner la vie à un très grand nombre de malheureux, et qui les rend aujourd'huy dans un etat deplorable, et que le commerce employ un très grand nombre de personnes de toutes espèces dans toute la province.

art. 4

demande aussy que le sel soit libre en paiant 20 s. par personne âgée de sept ans pour le moins et qu'il n'y ayent point dexamption, et qui seront imposée aux même role des biens.

art 5.

demande La suppression des moulins banneaux vu que dans ses moulins ils ne donnent que 35 livres de pain et que dans les autres moulins ils en donnent 40 ce qui fait un tort très considérable vu le grand nombre de bannalités qui sont dans la province.

art. 6.

demande Egallement que les fermes généralles soient suprimées attendu qu'il y a dans toutes les villes, bourgs et vilages de la province des gros droits inombrables que l'on paie sur toutes les marchandises et qui s'augmente tous les jours qui n'entre point [1]au trésor royal et qui vexe le peuple.

art 7

demande que tous les receveurs de toutes les impositions quelconques soient suprimés et qu'il ny ait qu'un seul receveur pour tous les droits tant des villes que des campagnes dans chaque bailliage ou election et qui seroit tenu de porter la recette tous les mois au tresor Royal, en suprimant l'un et établissant lautre il se trouverait rentrer des millions de plus aux coffres du Roy.

art 8.

demandent que tous les ecclésiastiques séculiers comme chanoines possédant des gros bénéfices, dixmes, et les curés possédant aussy des gros bénéfices paie le cinquième de leur benefice au même receveur des impositions par cequen ce cas Sa majesté poura facilement aider ses sujest de ce qu'il proviendrait des deux articles cy dessus.

art 9.

demandent aussy la suppression des moines comme Chartreux Benedictins Bernardins et autre possédant des gros revenus que Sa majesté les reduisent à une pension de 700 liv. chacun avec défence de faire de nouveaux moines de sorte quaprès la mort d'iceux cy le Roy entre le propriétaire de leurs biens et jouissent de leurs revenus.

art 10

demandent que le bailliage d'andely y soit fixée et que les causes les plus difficiles ne soient pas plus de six mois pour être jugées et que la taxe des avocats et procureurs et huissiers soient modere par ce qu'il arive souvent qu'un seigneur ait une fortune ait un procès avec son vassal ou un pauvre particulier, celui cy le fait trainer d'audience en audience de tribunal en tribunal en sorte qu'il epuise le malheureux quoi qu'il ait gain de cause il en sort que le plus malheureux apres avoir mangé son bien et ses meubles.

art 11

demandent aussy tous ceux possédant des charche[2] soient suprimés ou qu'il paie le quatrième du revenu de leurs charges ne devant pas être plus exempt que les propriétaires des biens et leurs revenu bien plus assurés.

art 12

demandent que toutes les dixmes soient perçus par les curés seulement et non par des chanoines ny autres, qui conserne la dixme que les pois veche ivernache avoisne luzerne que cela soient pour la nourriture des bestiaux enttendu [3] par la consommation qu'il feront les terres produiront plus de recolte.

art 13

demandent que plusieurs fiefs qui sont dans une paroisse contiennent plusieurs vollieres qu'il font un tort considérable occasionné [4] baucoup de pigeons, que cela soient détruit entièrement qu'il y[5] est qu'un seul [6] fiefs appartenant aux seigneur.

art 14

demandent que les moulins à blancd soit suprimés attendu qu'ils font un tort considérable aux bled [7] qui cause la charté du bled : et [8] pauvre malheureux ne peut pas en avoir ;

art 15

demandent que la corvé soit abbatue il se trouve dans baucoup de paroisse que, par le flux desaux et des ravinnes y passe ce qui les rend inutilisable et occasionne beaucoup de travaille aux public et que les terres dans diférents endroits sont entraînés sans pouvoir labouré ny semé aucun grain

art 16

demande aussy que les remises qui sont placés dans les millieures terres de la plenine et toujour proche des vasseaux de la susdite paroisse soient détruitte entièrement, attendu [9] le gibier se ratire de dans et par les racines du bois et l'onbrage cela fait un tort considerable.

art 17

demande que lexploitation[10] des bleds soient suprimé entendu que la moitié du monde ne peut pas avoir du pain pour son argent les laboureur ne portant point aux halle vu quils trouvent a le vendre en la maison aux meunier bladier qu'il revende plus chaire qu'il a patte egallement le laboureur le vent plus chaire chez lui qu'à la halle [11] qui réduit le pauvre malheureux en la dernière misère.

art 18

demandent et pour la facilité des public que les laboureurs naient que deux charue que le surplus rest a louer en detailles aux public pour leur facilisité et cela fera un saure[12] aux pauvre malheureux a soccuper et a travailler et que la culture en seroit mieux faitte ce qu'il soulageroit le pauvre malheureux et quil occasionneroit baucoup de heutre[13] et qui rétabliroit beaucoup les petits laboureurs qui sont détruits par ces gros employ.


[1] en interligne

[2] charges

[3] que

[4] par

[5] n'y

[6] pour les

[7] ce

[8] le

[9] que

[10] l’exportation

[12] sort

[13] ??

 

Copyright © 2009 Généalogie Doudeauville